05/04/2020

Bilan Mars 2020

Bonjour à tous !

Je vous présente ce jour mon bilan du mois concernant mes lectures et mes visionnages ! 
N'hésitez pas à partagez vos avis :)


*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*



Mes coups de cœur :

Livres :



Visionnages :

La Saison 3 d'ELITE



Ceux que j'ai adoré :


Livres :



Visionnages :

La Saison 6 de The 100 - La Saison 5 de The Flash 
(en fonction de la mise à jour de NETFLIX France)


Ceux que j'ai apprécié :

Livres :


Visionnages :
0



Ceux qui m'ont un peu déçu :

Livres :



Visionnages :

La Saison 4 de DC's Legends Of Tomorrow 
(en fonction de la mise à jour de NETFLIX France)



Ceux que je n'ai pas aimé :

Livres :
0

Visionnages :
0
Mes abandons :


Livres :
0

Visionnages :
0


*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*



 Mes lectures en cours :






Mes prochaines lectures :







Book Haul:




Les 2 premiers je les ai eu en e-book gratuitement grâce à une offre de LUMEN

En Livre Audio pour Et Après... & Rebecca Kean
(Abonnement Audible)


Voilà, voilà ! Bon weekend à tous !

02/04/2020

Témoignage d'une femme qui n'a pas vraiment le droit d'en être une...



  
La Dyspareunie


En résumé qu'est-ce que c'est ? 

Il s'agit de douleurs plus ou moins vives selon les personnes, durant les rapports sexuels.
Il existe 2 types de Dyspareunies :
- Dyspareunie superficielle (douleurs présentes dès l'entrée du vagin, donc dès le début de la pénétration).
- Dyspareunie profonde (douleurs ressenties en profondeur du vagin).
Si vous voulez en savoir plus sur les causes possibles, n'hésitez pas à chercher sur Internet, vous aurez des réponses à la plupart de vos questions. 


Si vous en souffrez, 
parlez en obligatoirement à votre gynécologue ou à votre médecin traitant. 
Ne restez pas comme ça.


Introduction :

J'ai décidé de vous rédiger un article sur le sujet, en complément de ceux déjà existants concernant l'endométriose. Pourquoi ? Car BEAUCOUP TROP DE FEMMES EN SOUFFRENT. Et beaucoup ne sont pas forcément atteintes d'endométriose... Je tenais donc ce soir à libérer la parole, à me livrer à vous. J'espère du fond du cœur que mon histoire pourra en aider plus d'une. J'espère vous aider à déculpabiliser. Et surtout mon but, c'est que les femmes NE SE SENTENT PLUS SEULES face à leur détresse. Car non, vous n'êtes pas folles, et non, votre souffrance n'est pas "dans votre tête". Depuis que je suis officiellement une EndoGirl, j'ai pu discuter avec un bon nombre de femmes et le constat est alarmant. On est si nombreuses à subir ces douleurs et ce mal-être. A être au comble du désespoir. Combien souffrent de dépression à cause de tout ça, et se taisent ? Par honte. Ou pire, combien se sentent incomprises et non écoutées par le corps médical ? Alors oui, libérons la parole, PARLONS-EN ! Arrêtons de culpabiliser et d'avoir honte, s'il vous plait. Oui, c'est très tabou dans notre société occidentale, et ALORS ?! Mois je dis FUCK !

N'hésitez surtout pas à venir me parler en message privé.


Mon témoignage :

Bon, je vous préviens d'avance, naturellement, ça a été le paragraphe le plus compliqué à rédiger pour moi. Car c'est très intime. Oui, on va bel et bien parler de sexualité. Malgré tout, je pense que c'est le sujet le plus important à aborder à l'heure actuelle, car il est beaucoup trop tabou. Seule SuperEndoGirl ose en parler librement sur les réseaux et maintenant en livre avec Endo & Sexo : Avoir une sexualité épanouie avec une endométriose. 
(Depuis la rédaction de ce témoignage, j'ai remarqué que non, elle n'était plus la seule à libérer la parole, de plus en plus de femmes osent en parler. Et ça bravo mesdames ! Merci pour votre courage ! Merci à ces comptes Instagram qui fleurissent par ci-par là en ce joli Printemps 2020). Merci d'ouvrir la parole sur la sexualité en général :) les mentalités évoluent enfin !

Bon, par où commencer ? Par ma première fois peut-être ? Dans mon cas J'AI EU LA CHANCE d'avoir mon premier vrai rapport assez tard, à 19 ans ! Je dis que c'est une chance car honnêtement, si j'étais passée à la casserole durant mon adolescence, je crois que ça m'aurait psychologiquement détruite. A 19 ans, on a déjà pas le même regard sur la vie et la sexualité qu'à 15 ou 16 ans. Bon ok, j'avoue, ça dépend du niveau de maturité de chacun, tout est relatif. Bref, je vais vous la faire courte, malgré une envie fulgurante de faire l'amour, et malgré la douceur de mon chéri de l'époque, j'ai cru mourir, littéralement. Oui, oui je n'exagère pas, j'étais au bord du malaise ce jour là tellement la douleur était violente. Comment ça ? C'est simple, j'ai eu la sensation qu'on me transperçait, qu'on me déchirait de l'intérieur. Que ça forçait malgré l'envie et une lubrification tout à fait normale et l'utilisation d'un lubrifiant. J'ai cru que mon vagin allait se retrouver en steak haché. C'était comme se faire pénétrer par une torche enflammée ! Ça me brûlait et me piquait atrocement à la fois, comme si son membre avait fait trempette dans de l'acide juste avant. Et ça, ce n'était que la simple pénétration. Promis juré, mon ex a eu la gentillesse de se retirer de suite, le plus lentement possible. Non, vous ne rêvez pas, il n'y avait même pas eu un seul allez-retour lors de notre première fois. J'avais tellement eu le souffle coupé et les larmes qu'on s'est arrêtés là direct. Qu'est-ce que ça aurait été sans les préliminaires bordel ?! Sachez que ces sensations de brûlures et de piquant ont duré plusieurs heures après. Comme une énorme inflammation diffuse dans tout le vagin. J'avais du mal à m’asseoir et uriner était une torture, c'est pour dire.
Bon, étant très amoureuse et un peu maso sur les bords, j'y suis retournée pardis ! Bah oui, on vous répète tellement partout, que le sexe c'est la meilleure chose du monde ! Et puis bon, il est bien connu que dans LA VRAIE VIE la première fois peut faire assez mal. Je me suis dit « t'as juste eu pas de bol ma cocotte ». Alors c'était repartit pour un tour ! Bon je vous avoue que cette fois ci, ça allait un peu mieux, en gros je n'avais plus la sensation que j'allais mourir empalée sur un zizi. Mais bon, les douleurs malgré qu'elles étaient moins foudroyantes, étaient belles et bien toujours là.
En résumé depuis ce jour, en 8 ans de vie sexuellement active, j'ai réussi à avoir des douleurs presque inexistantes que 3 fois. Durant ces 3 fois je vous jure que vous pleurez de joie et de bonheur. Que vous vous sentez ENFIN Femme. Durant l'une de ces 3 seules fois, je me souviens même avoir fait l'amour 3 fois en une après-midi, c'était le bonheur ultime, autant en profiter !
Je suis restée 2 ans avec le chéri de ma première fois. J'essayais au maximum de ne pas montrer que j'avais mal, on y allait doucement, il me respectait. Quand les douleurs étaient trop vives on s'arrêtait. A force on trouve d'autres alternatives et des compromis et bien sûr au fil du temps, on faisait l'amour beaucoup moins souvent que « la normale ». Et bien sûr à chaque fois tu es partagée entre l'envie et l'appréhension de la douleur. Tu tombes dans le fameux cercle vicieux. C'est quand tu devrais te détendre, que tu te crispes et ça, ça n'arrange absolument pas la Dyspareunie, bien au contraire, ça l'accentue.
J'ai rencontré mon nouveau compagnon 6 mois après, ça va bientôt faire 5 ans que nous sommes ensembles. Nous sommes un couple très soudé. Notre secret ? Le dialogue. Nous parlons de tout ouvertement, aucun tabou entre nous n'est admis. Que ce soit sur l'endo, la Myopathie, le sexe et tout le reste. Pour en revenir aux douleurs, elles sont toujours là, même après tant d'années. Mais avec chéri au fil du temps, on a appris à les gérer, à faire avec. On sait que des fois le plaisir va prendre le dessus et je vais faire la danse de la joie dans ma tête. En remerciant 10 fois mon amoureux d'être le meilleur des chéris. Et d'autres où toute pénétration est impossible. On sait maintenant qu'il faut que ce soit rapide, profond et intense. Il n'y a pas d'autres choix, car plus le rapport est long, moins la douleur devient supportable. Contrairement à la majorité des Endo-Girls mes douleurs se caractérisent à l'entrée du vagin et sur toute sa circonférence. J'arrive à prendre du plaisir uniquement avec une pénétration profonde. Plus c'est lent, doux et à l'entrée plus c'est douloureux. Le "Slow Sex" en pénétration m'est interdit. Sinon, c'est comme si on me torturait littéralement. Tu as le malheur de faire une pause qui dure plus d'une minute et tu re-bouges en moi, c'est mort, là la douleur explose. Tu sors par inadvertance, il faut bien serrer les dents pour laisser revenir. Il y a des fois où je ne tient plus, ça devient insupportable, on doit tout arrêter. Heureusement il y a des fois où ça se passe mieux. Où les douleurs sont plus gérables et là youhou on se permet des pauses et même un changement de position. Quand c'est comme ça, je revis ! La dernière astuce qu'on ait trouvé et qu'on applique depuis plusieurs années est toute simple, remplacer la douleur par une autre pour tromper le cerveau. Un bon gros suçon et hop, ça passe comme une lettre à La Poste ! Essayez vous verrez :) Bon ce n'est pas miraculeux, ça ne supprime pas les douleurs, mais ça a le mérite d'éviter le vaginisme chez moi.
Quand je me relis, je me dis que les gens vont me prendre pour une sacrée maso. Mais à vrai dire, oui c'est un peu ça. Quand on aime vraiment quelqu'un de tout son être on arrive à trouver tous seuls des solutions. On apprend à apprivoiser la douleur, à faire avec. Car encore une fois, on a juste pas le choix. A moins de tirer un trait sur sa vie sexuelle. Malgré les baisses de libido et les loupés on arrive toujours à se retrouver. On communique et on dédramatise « ce n'est que partie remise ! » Et je suis fière de nous et de notre moyenne de coïtes, ça me rassure. Car avec cette maladie, Dieu sait que ça bousille bien des couples. Rassurez-vous, la maladie ne nous rend pas frigide pour autant ! Ça ne m'empêche pas d'avoir des orgasmes (et heureusement, merci Mr Clitoris ^^) et rassurez-vous aussi, on ne les atteint pas toujours également. Les orgasmes à tous les coups et sur commande on voit ça que dans la fiction :) N'oublions pas non plus qu'il y a d'autres façons de vivre sa sexualité. Ne vous focalisez pas que sur la pénétration. C'est très personnel tout ce que j'évoque plus haut, et j'en tremble tellement ça me mets mal à l'aise, tellement je voulais garder ça pour moi. C'est notre vie sexuelle, c'est si intime et intrusif... Ça ne regarde personne... Mais si ça peut aider des couples à déculpabiliser et à dédramatiser alors je pense que ce « sacrifice » en vaut la peine. Et maintenant que je sais ce qui m'arrive, je pense sincèrement passer le cap, prendre mon courage à deux main et aller consulter un sexologue. Qui sait, peut-être les choses pourraient-elles s'améliorer ? On va continuer à avancer main dans la main, notre couple renforcé comme jamais.

Ce que je ressentais psychologiquement avant d'être diagnostiquée :

De la honte, de la culpabilité, de la haine. On se sent trahie par son propre corps, on le déteste. Ça nous retire toute confiance en nous. On ne se sent pas légitime, ni crédible en tant que femme et sexuellement. On a la rage, une colère surdimensionnée qui bouillonne en nous. On ressent une sensation d'injustice. On a peur d'être quittée ou trompée (d'où la nécessité de la communication dans le couple). On doit apprendre à lâcher prise et à faire confiance à l'autre. On se sent tout sauf une femme. Notre corps nous refuse d'aimer et d'être aimé normalement. On a sans cesse envie de pleurer quand ça se passe moins bien au lit. Je me suis retrouvée 3 fois pleurant à chaudes larmes, les mains et les avant bras sur mon visage, pour me cacher, vexée et envahie par la honte et la culpabilité de « faire subir ça » à mon conjoint quand toute pénétration est vraiment impossible. Alors que tu étais 100 % motivée. Vous avez juste envie d'hurler. Vous vous répétez « pourquoi moi ? » Et vous répétez en pleurant « pardon, pardon, pardon » à votre chéri qui lui, se sent démuni face à votre détresse. Il vous réconforte comme il peut et vous certifie « que ce n'est pas grave ». Ces moments là vous brisent. Vous vous sentez tel un déchet humain, prêt à être jeté, qui ne mérite pas d'être aimé. C'est dure comme mots, mais c'est comme ça qu'on se sent dans ces moments là. Heureusement, maintenant je sais, donc je vais pouvoir mieux appréhender les choses. Je sais maintenant que mon soucis n'est pas mental. Ça change tout.


Le Diagnostic :

Après 8 ans de vie sexuellement active, à vivre dans l'incompréhension la plus totale de mon corps. Pourquoi subir sans cesse toutes ces douleurs ? Après 8 longues années à détester profondément mon corps pour son incapacité à fonctionner normalement. Après avoir consulté 4 gynécologues différents, 2 kinésiologues et un psychologue, qui n'ont absolument pas pu m'aider hormis me dire "apprenez à vous détendre", j'ai ENFIN été diagnostiquée officiellement.

Surprise ! Je souffre des deux formes de dyspareunies existantes, l'une est liée à mon endométriose, ça on en est sûr à 100 %, à cause de mon Ligament Utéro-Sacré gauche (LUS) qui est trop atteint endométriose profonde. >> Dyspareunie profonde.

L'autre >> Dyspareunie superficielle s'appelle dans mon cas (car il y en a plusieurs), "Vestibulodynie ou Vestibulite" La mienne est dite "Primaire", car est apparue dès mes premiers rapports. Dans mon cas, il y aurait 2 causes possibles et elles peuvent être complémentaires. L'une due bien évidement à l'endométriose, et l'autre à mon autre maladie "La Myopathie". Problèmes musculaires atteignant dans cette situation, tout le plancher pelvien et toute la zone du vestibule, d'où son nom. La Myopathie est une maladie neuro-musculaire complexe, et la mienne est très, très rare. Ils n'ont pas vraiment de recul dessus. Voilà pourquoi elle pourrait en être la cause. Chaque muscle de mon corps réagit/fonctionne différemment selon les zones. En gros, dans mon corps, c'est un peu l'anarchie.

Tous droits réservés : ©Amélie R. (Ayane-Passions)
Si vous utilisez ce texte sans mon accord,
sachez que vous risquez des
poursuites judiciaires.
Des solutions ? Des traitements ?

Je vous recommande fortement comme je vous disais plus haut, de lire le livre Endo & Sexo : Avoir une sexualité épanouie avec une endométriose. Si vous voulez allez plus loin, avoir plus de références, sachez qu'il y en a plusieurs à la fin de son bouquin.

Pour les autres solutions, je vous donne juste celles que j'ai lu, entendu, ou qu'on m'a conseillé :
- Consulter un(e) kiné spécialisée (souvent une sage-femme) : méthodes de rééducation du périnée / du vestibule (stratégie inverse de celles pratiquées pour les femmes venant d'avoir des enfants). Selon mon gynécologue ça se soigne très bien, mais c'est très long et délicat (6 à 8 mois en moyenne de kiné et de désensibilisation de la zone douloureuse) et il existe plusieurs méthodes. Personnellement, j'attends que la sage-femme formée à ça soit de nouveau disponible pour commencer une prise en charge.
- La pratique du yoga (pour étirer tout son corps correctement, dans certains cas ça atténuerait les douleurs). 
- La méditation, pour les plus stressées d'entre nous
- utilisation de bougies et de musiques douces pour là aussi aider à nous détendre
- LE DIALOGUE / LA COMMUNICATION dans le couple, cet aspect est trop souvent négligé, chacun reste avec ses frustrations et campent sur ses positions et ses souffrances. Mettez tout à plat, ayez une vraie discussion. Ne restez pas sur des non-dits.
- Ne pas négliger les préliminaires, à utiliser sans modération !
- Utiliser un lubrifiant à base d'eau uniquement, ne pas utiliser ceux à base d'huile, proscrire ceux contenant de l'alcool et du parfum
- privilégier la lingerie 100 % coton bio, couleurs sobres et très claires de préférence (limiter les teintures) et éviter les strings, tangas etc...
- éviter les aliments pro-inflammatoires
- utiliser un gel à base de lidocaïne (gel anesthésiant) 
- remplacer la douleur par une autre pour détourner le cerveau (le simple suçon peut faire très bien l'affaire). Ça c'est mon astuce hi hi !
- Pratiquer l'auto-massage pour désensibiliser et détendre les zones douloureuses (oui, oui on parle bien de se mettre un doigt dans le trou) ! En pensant bien à respirer correctement pour ne pas se crisper
- Utiliser du matériel adapté pour lutter contre le vaginisme ou détendre et désensibiliser tout  simplement le vagin (je vous mettrai prochainement un lien) >> méthode évoquée dans la 2ème vidéo ci-dessous). Personnellement je n'ai pas testé.
- La consultation de ces professionnels : Sexologue, Psychologue, Psychiatre, Sophrologue...
- Hypnose (pour la gestion de la douleur en elle-même et pour éviter de trop appréhender la douleur)
- Changer de molécule de pilule


Des vidéos qui en parlent :



 Conclusion :

Voilà, voilà, j'espère que cet article vous aura éclairé, et que ce n'était pas trop trash à lire pour vous. Je peux vous dire que ça aura été un sacré défi pour moi de vous partager à cœur ouvert mon témoignage. C'est si difficile de rentrer autant dans les détails de son intimité et de sa vie sexuelle... Mais je pense que c'était nécessaire. Car clairement, "avoir mal pendant les rapports sexuels" ça veut tout dire et rien dire selon moi. J'espère que certaines pourront se reconnaitre à travers moi et que ça pourra vous aider. 

23/03/2020

L'indéniable charme d'un voleur de cœur - Céline Mancellon

Titre : L'indéniable charme d'un voleur de cœur
Auteur :  Céline Mancellon
Éditeur : Milady (collection Emma)
Mon format : E-Book
Nombre de pages : 241
Nombre de tomes :  1
Date d'acquisition : en 2019
Livre terminé : en mars 2020
Prix :  18.90 € en papier et 5.99 € en numérique
Sujets abordés - Spoilers (surligner la ligne pour les lire) : Homosexualité, abus de pouvoir, rejet familial, pervers narcissique, viol, quête identitaire, domaine des affaires, boîte de nuit gay, ambiance Queer, amour viscéral, passion, scènes de sexes détaillées. 

Age estimé : Pour public averti (présence de scènes de sexe détaillées entre hommes)
A partir de 16-18 ans.

Résumé Amazon  :

Cael Morgan, avocat et trentenaire accompli, a tout pour être heureux. C’est en tout cas ce dont il est convaincu quand il rentre chez lui après le mariage de son ami d’enfance – un ami pour qui il a toujours éprouvé des sentiments troubles.
Quelle n’est pas alors sa surprise de trouver un inconnu tranquillement en train de prendre une douche, dans sa salle de bains ! À son grand désespoir, Cael se rend vite compte qu’en réalité, il connaît cet invité surprise à l’allure de punk… et que ce garçon semble bien décidé à s’incruster, quitte à bouleverser son précieux quotidien.
Et si c’était le destin qui lui avait envoyé ce voyou au regard indolent pour l’aider à comprendre que sa vie idéale ne l’était peut-être pas tant que ça… ?


Mon avis :

J'ai lu cet ouvrage en Lecture Commune avec Adélaïde du compte Instagram @unlivreunjour_51 :)

Les + :
  • Une histoire qui se lit rapidement,
  • j'ai été touchée par le personnage de Ian
  • des sujets abordés assez importants
  • une romance passionnée et assez belle
  • les définitions à chaque début de chapitre que j'ai trouvé bien sympa
  • une ambiance "Queer" que j'ai bien apprécié

Les - :
  • Une évolution que j'ai trouvé trop rapide chez Cael, ainsi que leur relation en elle-même.
  • Certaines répétitions concernant l'aspect physique des personnages, ce qui donne parfois une sensation de longueurs dans le texte.
  • La longueur des chapitres
  • le manque de présence de préservatif (mentionné seulement au début du récit).
  • Le fait que tout le monde désire l'un des personnages (j'ai cru un moment qu'ils allaient tous se battre comme des chiens enragés pour savoir qui aurait droit à l'avoir dans son lit). Ça m'a fait plusieurs fois levé les yeux au ciel. Je déteste les triangles amoureux, alors quand en plus, d'autres tâtent le terrain, ça me fait enrager.

En conclusion, hormis un passage qui m'a fortement mis mal à l'aise et qui selon moi, a été banalisé dans le récit (je n'ai pas trop compris les réactions et la bienveillance de Cael concernant cet abus de faiblesse). Je recommande cette lecture qui met du baume au cœur. Leur relation est si insouciante et passionnée. Malgré les obstacles et les drames, ils en ressortent grandis. Ils évoluent au fil des pages et ça fait plaisir à constater. On ne peut que leur souhaiter le meilleur, de vivre leur amour paisiblement. J'ai absolument adoré la fin qui clôture à merveille cette histoire.


Ma note :
15/20


Avez vous lu ce livre ? 
Si oui, qu'en avez vous pensé ?
Si non, comptez-vous le lire ?

15/03/2020

Les Sorties du Mois : Mars 2020

Bonjour tout le monde ! 

On se retrouve aujourd'hui pour les sorties du mois tous formats confondus.
J'ai répertorié ci-dessous celles qui étaient le plus susceptible de vous plaire.

N'hésitez pas à me dire celles qui vous font le plus envie :)




















08/03/2020

Bilan Février 2020

Bonjour à tous !

Je vous présente ce jour mon bilan du mois concernant mes lectures et mes visionnages ! 
N'hésitez pas à partagez vos avis :)


*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*



Mes coups de cœur :

Livres :

Visionnages :

En bas à droite : "Big Fish & Begonia"




Ceux que j'ai adoré :


Livres :


Visionnages :





Ceux que j'ai apprécié :

Livres :



Visionnages :





Ceux qui m'ont un peu déçu :

Livres :
0



Visionnages :





Ceux que je n'ai pas aimé :

Livres :
0

Visionnages :
0
Mes abandons :


Livres :

Visionnages :
0


*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*



 Mes lectures en cours :






Mes prochaines lectures :






Book Haul:




Le livre de poche sur Vinted (comme neuf)
En Livre Audio pour Rebecca Kean
(Abonnement Audible)


Voilà, voilà ! Bon weekend à tous !